Audrey Faulot – Que peut un genre ? Pseudo-mémoires, roman-mémoires : retour sur une distinction

On sait à quel point les auteurs de romans ont, pendant tout le premier XVIIIe siècle, multiplié les procédés pour prendre leurs distances avec un genre frappé d’anathème. L’un de ces procédés a consisté à donner une caution de vérité à l’ouvrage en le coulant dans le moule d’un autre genre, celui des Mémoires. Ceci a donné lieu, à partir du dernier quart du XVIIe siècle, à la parution d’un important corpus de Mémoires fictifs, dans lequel on trouve des œuvres comme celle de Mme de Villedieu, Courtilz de Sandras, Prévost ou Marivaux. Les préfaces de ces ouvrages développent souvent le topos du manuscrit trouvé, pour légitimer l’intrusion du matériau romanesque dans un genre censé lui être étranger. Mais ce procédé, d’autant qu’il se généralise[1], fonctionne aisément comme un marqueur paradoxal de fiction : tout lecteur qui le rencontre sait bien en réalité à quoi s’en tenir.

La catégorie « roman-mémoires », utilisée pour désigner une partie de ces ouvrages, explicite jusque dans son nom cette ambition oxymorique. Elle coexiste cependant avec d’autres déterminations : faux Mémoires, Mémoires apocryphes, pseudo-mémoires… Pseudo-mémoires et roman-mémoires désignent en réalité, dans l’usage qu’en fait aujourd’hui la critique, deux types d’ouvrages distincts. On va considérer comme pseudo-mémoires les Mémoires d’un personnage historique qui n’ont pas été écrits par lui-même ; au contraire, le roman-mémoires restitue les Mémoires d’un personnage fictif[2]. Cette distinction permet d’insister sur la place de l’histoire et de la fiction dans chacun des sous-genres mentionnés. Quand bien même le texte des pseudo-mémoires n’a pas été écrit par le mémorialiste, l’auteur tisse à partir d’un matériau historique plus ou moins accrédité, comme le fait Courtilz de Sandras dans les Mémoires de M. d’Artagnan (1700), qui exploitent une trame historique enrichie de diverses anecdotes. Au contraire, le roman-mémoires est censé retracer l’histoire d’un personnage fictif : la Marianne de Marivaux n’a pas existé, pas plus que le Chevalier des Grieux – sans même parler de ces romans-mémoires qui s’abstiennent de livrer le véritable nom des héros, et même parfois toute forme de dénomination autre que le « je » du mémorialiste.

Si la distinction entre pseudo-mémoires et romans-mémoires est éclairante pour envisager le statut romanesque de la référence historique, elle se prête mal, comme toute taxinomie, à un certain nombre de cas limites qui, loin de constituer les marges du corpus, sont relativement fréquents. Peut-on considérer comme « romans-mémoires » des œuvres qui, comme les Campagnes philosophiques ou Histoire de M. de Montcal de Prévost (1741), retracent la vie d’un personnage historique ? Mais pourquoi les distinguer du reste de la production prévostienne, composée de roman-mémoires auxquels l’œuvre mentionnée demeure profondément semblable[3] ? En réalité, la distinction entre « pseudo-mémoires » et « romans-mémoires » est issue d’une théorisation critique formulée postérieurement aux textes : si elle s’appuie sur des problématiques internes aux œuvres (le statut de la référence historique), elle restitue aussi une expérience de lecture qui tend à opposer lecture de Mémoires et lecture de roman, comme si le lecteur n’allait pas y chercher les mêmes choses.

L’objet de cet article est de revenir sur cette distinction et d’envisager, non sa validité, mais ses possibilités heuristiques à l’intérieur de l’œuvre elle-même. Il s’agira d’étudier l’utilisation que le narrateur-mémorialiste fait, dans un roman-mémoires, des codes génériques des Mémoires. En effet, il ne va pas de soi qu’un personnage fictif, un « sans-nom » ou presque, recoure à un genre largement fondé sur la renommée du mémorialiste – condition de légitimation du texte. On peut, à partir de là, s’interroger sur la nature de ce recours : s’agit-il d’une usurpation ou d’une appropriation ? Ou plus exactement : que se passe-t-il pour la figure héroïque, sur le plan de sa construction identitaire, lorsque celle-ci s’inscrit dans le genre des Mémoires ?

Les deux enfants terribles des Mémoires

Le renouveau du genre des Mémoires dans le dernier quart du XVIIe siècle et pendant tout le premier XVIIIe siècle est bien connu. Alors même que de nombreux Mémoires « véritables » sont publiés[4], commencent à apparaître des textes apocryphes dans lesquels les Mémoires n’ont pas été écrits par le mémorialiste lui-même, que ce dernier ait réellement existé ou non. Tout en reprenant la forme et les codes des Mémoires, ces textes se distinguent en ce qu’ils mettent l’accent sur des destinées qu’on pourrait aisément qualifier de romanesques.

Dans les Mémoires de la vie de Henriette-Sylvie de Molières de Mme de Villedieu (1671-1674), l’héroïne découvre à l’adolescence que l’homme qui l’a élevée n’est pas son véritable père : alors que celui-ci essaie de la violer, elle réussit à le blesser mortellement. Les Mémoires s’ouvrent sur cet épisode liminaire, qui annonce une vie mouvementée. La narratrice, d’ailleurs, se définit tout entière par l’aventure : « Pour commencer, je n’ai jamais bien su qui j’étais ; je sais seulement que je ne suis pas une personne qui ait de communes destinées ; que ma naissance, mon éducation et mes mariages ont été l’effet d’autant d’aventures extraordinaires[5] », écrit-elle au début de ses Mémoires. Si la première proposition souligne l’absence d’identité de celle qui est avant tout un enfant trouvé, la narratrice s’appuie ensuite sur ce trouble des origines pour mettre en avant le caractère « extraordinaire » de sa vie.

Henriette-Sylvie de Molières est un personnage fictif, mais même dans des œuvres qui retracent à la première personne la vie d’un personnage historique, on peut observer ce primat de l’aventure. Les Mémoires de M.L.C.D.R. de Courtilz de Sandras (1687) ont pour héros le comte de Rochefort, personnage mal connu dont le romancier invente, à partir d’une trame historique véritable, la naissance extraordinaire : il serait né à quatre mois et demi de grossesse à la suite à un accident provoqué par un cocher maladroit. Dès ses premiers instants, la vie du héros se déroule sur le mode de l’accidentel, comme en témoigne le « plus beau chemin du monde[6] » sur lequel il vient au monde et qui semble augurer, par sa connotation picaresque, de la vie chaotique qui l’attend.

Il semble donc que, dès que la fiction fait intrusion dans le genre des Mémoires, elle s’accompagne d’une inflation d’aventures, et ce même quand ce héros est sans doute possible un gentilhomme. Le héros des Mémoires de M. d’Artagnan, du même Courtilz de Sandras (1700), s’écarte ainsi volontiers du modèle des Mémoires, qui veut que le mémorialiste commence par quelques brefs rappels généalogiques :

Je ne m’amuserai point ici à rien rapporter de ma jeunesse, parce que je ne trouve pas que j’en puisse rien dire qui soit digne d’être rapporté. Quand je dirai que je suis né Gentilhomme, de bonne maison, je n’en tirerai ce me semble que peu d’avantage, puisque la naissance est un pur effet du hasard, ou pour mieux dire de la providence divine[7].

En prononçant le mot de « hasard », le d’Artagnan de Courtilz présente au lecteur la grille d’interprétation qui devra lui servir à analyser sa vie : celle-ci s’explique par le « hasard ». Cette réorientation idéologique vers le contingent signale la nature romanesque du texte. Dans les Mémoires, l’importance de la naissance sous-tend l’organisation rétrospective de l’œuvre : il s’agit pour le mémorialiste de revenir à l’origine, pour ensuite développer ce qui en découle logiquement, soit les événements vécus. Mais par leur porosité avec les récits picaresques, ces Mémoires d’un nouveau genre – qu’on nommera Mémoires apocryphes ou « pseudo-Mémoires », voire même déjà « roman-mémoires » dans le cas de Mme de Villedieu[8] –, déplacent progressivement l’intérêt narratif du texte vers le pôle de l’aventure : en tant que personnage de roman, le héros ou l’héroïne est déterminé autant sinon plus par son parcours que par sa naissance.

À mesure que le genre des Mémoires commence à être investi par la fiction[9], le type de figure héroïque mise en avant change donc de visage. Henriette-Sylvie de Molières est un enfant trouvé[10]. Comme le remarque Jean Sgard, « les héros de Courtilz sont des bâtards, des aristocrates déchues rejetés hors de carrières officielles, souvent des mécontents ou des révoltés[11] ». Mais cette caractéristique, loin de s’opposer aux Mémoires véritables, peut aussi apparaître comme son prolongement : en effet, le mémorialiste est aussi celui qui, dans une position de retraite, s’est écarté ou a été écarté de l’histoire[12] et doit construire ses Mémoires comme un espace « paratopique[13] » – le privé – par rapport à celui qu’il ne peut plus occuper – la vie sociale.

René Démoris, dans un ouvrage fondateur intitulé Le Roman à la première personne du Classicisme aux Lumières, a mis en lumière les liens entre ces différentes productions à la première personne. Il remarque qu’à partir de 1680 sont publiés de plus en plus de récits à la première personne, et qu’à partir de 1730 la première personne en vient à être utilisée dans la plupart des romans, toutes catégories confondues. Une pratique narrative qui était donc plutôt marginale s’impose et se met à codifier le genre romanesque tout entier[14]. Mais, en même temps que se développe cet usage, le champ des récits à la première personne reste extrêmement éclaté : on trouve à la fois des Mémoires vrais, des faux Mémoires de vrais personnages historiques, et des faux Mémoires de personnages fictifs, sans parler des récits picaresques, des formes concertantes comme les Illustres Françaises de Challe, etc.

René Démoris tente d’expliquer cette inflation de récits à la première personne en montrant que, bien que très différents génériquement, ces textes ont un point commun : le narrateur, quel qu’il soit, a toujours connu un accident, au cours de son histoire, qui l’empêche de se réclamer pleinement de son nom – ce dernier constituant, sous l’Ancien Régime, un référent identitaire essentiel[15].

Ceci l’amène à distinguer deux catégories : pseudo-mémoires et roman-mémoires, selon les critères énoncés précédemment. La différence entre pseudo-mémoires et roman-mémoires tient donc au statut du personnage[16], selon qu’il est « référentiel » ou « anaphore », ce qui se traduit par un rapport différent au nom. Puisqu’il ne peut pas s’appuyer sur un nom[17], même usurpé, le narrateur de roman-mémoires va devoir fonder sa « qualité » sur l’exploration de ses états subjectifs, la valeur de son texte reposant sur l’intérêt romanesque de ses sentiments et de ses réflexions.

Le problème, comme le remarque René Démoris lui-même, est que cette distinction reste extrêmement poreuse. Un roman-mémoires comme les Campagnes philosophiques ou Histoire de M. de Montcal de Prévost a pour héros un véritable personnage historique : Montcal était en effet l’aide de camp du maréchal de Schomberg pendant la guerre d’Irlande, de 1689 à 1692. Il s’agissait d’un personnage célèbre pour les contemporains de Prévost. Pour composer ses Mémoires fictifs, Prévost a dû se livrer à un véritable travail de documentation, comme le prouve l’existence d’un « supplément » au roman qui donne des détails historiques dans une narration à la troisième personne. Si l’on appliquait strictement les critères énoncés précédemment, on devrait donc présenter l’Histoire de M. de Montcal comme des pseudo-mémoires.

Néanmoins, pour justifier l’affiliation de l’œuvre à la catégorie des roman-mémoires, on peut s’appuyer sur le fait que Montcal met systématiquement à l’arrière-plan le récit des événements historiques. Certes, il en parle souvent, parfois même en détails lorsqu’il évoque des combats, mais il hiérarchise qualitativement ce matériau narratif : dans l’ouverture de ses Mémoires, Montcal explique au lecteur que ce qui sera pour lui intéressant, et ce qui justifie la rédaction de ses Mémoires, ce n’est pas tant l’intérêt historique du texte que l’exploration de goûts personnels. Par ailleurs, le compte rendu des événements historiques est régulièrement parasité par la perspective réflexive. Ainsi, lorsqu’il décrit une bataille au cours de laquelle il a été blessé au ventre, Montcal s’interrompt pour raconter sa surprise devant la contemplation de ses propres entrailles :

La première impétuosité de mes cavaliers fut terrible ; et je m’apercevais déjà du trouble de nos ennemis, lorsqu’un coup de pique, que je ne vis point partir, me fit une si large blessure au bas-ventre qu’une partie de mes intestins s’écoulant sur ma selle, je fus obligé de me servir de mon mouchoir pour les retenir. […] Quoique ma blessure ne m’eût pas beaucoup affaibli et qu’elle ne fût pas mortelle en elle-même, je fus si surpris de sa largeur et mes intestins que mon valet commençait à tirer à pleines mains sur un linge me formèrent un si étrange spectacle que je ne pouvais me persuader qu’il me restât quelque prétention à la vie sans un miracle du ciel.

Le début du passage met en place un cadre épique[18] rapidement interrompu par la proposition circonstancielle, qui vient ouvrir sur un moment d’introspection. La pratique du commentaire introspectif n’est pas absente des Mémoires, mais elle marque ici une rupture avec la scène historique racontée et l’entrée dans un espace réflexif quasi autonome : il s’agit pour le narrateur-mémorialiste, non de décrire l’effet de sa blessure, mais d’explorer la fracture réflexive provoquée par l’autopsie d’un corps qu’il ne sent pas être le sien. On pourrait donc considérer les Campagnes philosophiques comme un roman-mémoires en raison de la vassalisation de la perspective historique à la perspective réflexive[19].

La distinction entre pseudo-mémoires et roman-mémoires apparaît ainsi d’autant plus floue : dès lors qu’on ne peut pas appliquer le critère « narrateur connu ou narrateur inconnu », il faut enquêter sur la façon dont le narrateur hiérarchise ses priorités narratives. Ceci pose le problème d’une distinction taxinomique inventée a posteriori, qui entend classer ce qui, à l’époque où ces textes sont écrits, s’apparente bien plutôt à des expérimentations romanesques engageant des pratiques souvent hybrides : notons que, dans le corpus prévostien, les Mémoires de Montcal sont publiés au moment où Prévost écrit aussi des romans historiques[20]. Ce critère soulève également un problème de réception : quand on consulte les comptes rendus de l’ouvrage dans les périodiques de l’époque, on remarque que les contemporains de Prévost cherchaient dans les Mémoires de Montcal un intérêt historique, ainsi que le voulait le genre d’origine[21]. La distinction générique entre « pseudo-mémoires » et « roman-mémoires » engage donc des critères de valeur qui sont en réalité – au moins partiellement – anachroniques. Ne traduit-elle pas aussi le fait que nous, lecteurs d’aujourd’hui, avons tendance à considérer comme plus intéressante la perspective subjective, parce que notre paysage littéraire acte aussi la relative désaffection des ouvrages historiques au profit de ceux qui privilégient l’intériorité[22] ?

Filiation ou engendrement

Comment redonner sens à l’importance de la perspective réflexive dans les romans-mémoires, indéniable à partir des années 1730 ? Pour cela, il convient d’abord de comprendre quel objectif elle sert, ce qui implique d’examiner à quel moment elle intervient dans l’œuvre et pourquoi. Dans le Philosophe anglais, vaste roman-mémoires de Prévost (1731-1739), le décrochage réflexif s’opère au début des Mémoires, après les rappels généalogiques qu’on attend du mémorialiste. Cleveland est un bâtard fictif de Cromwell, dont Prévost invente l’histoire. Le narrateur-mémorialiste commence, comme le requièrent les Mémoires, par exposer sa filiation – qui est ici une filiation abîmée :

La réputation de mon père me dispense du soin de m’étendre sur mon origine. Personne n’ignore quel fut le caractère de cet homme célèbre, qui tint pendant plusieurs années toute l’Europe dans l’admiration de ses vertus et de ses crimes. L’histoire balance encore dans quel rang elle doit placer son nom, et s’il faut le compter parmi les héros, ou parmi les scélérats. Mais de quelque côté que son jugement se déclare, elle ne saurait lui ôter l’immortalité qu’il mérite sous l’un ou l’autre titre. La qualité de fils ne m’empêchera pas de lui rendre impartialement justice dans toutes les occasions que je vais avoir de parler de sa conduite[23].

La première phrase du roman joue sur la célébrité de Cromwell, que Cleveland ne désigne pourtant pas sous son nom : l’appellation « mon père », qui cache son identité réelle au lecteur, ne met en avant que la première personne utilisée par le mémorialiste, mais sous une forme amoindrie[24]. La répartition des marques de la première personne dans le paragraphe rend bien compte de ce mouvement : on passe de l’adjectif démonstratif « mon », comme grammaticalement vassalisé au substantif « père », au pronom objet « me », et enfin au pronom « je » sous sa forme sujet, institué en sujet du verbe « parler », mais tout au bout du paragraphe, comme s’il ne pouvait se manifester qu’une fois – partiellement – délivré de la référence au nom du père. Cleveland est donc, littéralement, l’inconnu du connu, le fils ignoré par tous d’un monstre connu de tous. Ceci rend nécessaire le récit personnel de sa vie : c’est parce que Cleveland n’a pas de place dans l’histoire qu’il peut avoir une histoire.

Ce mouvement de reconquête, qui consiste à investir l’espace paratopique de l’identité pour en faire l’objet des Mémoires, apparaît notamment quand Cleveland évoque le sort réservé aux descendants de Cromwell :

C’est une chose incroyable, que les descendants d’un homme si puissant, si riche, et si redouté, aient pu devenir le jouet de la fortune et se voir réduits presque tous à périr dans l’obscurité et la misère. Cependant, à la réserve d’un seul qui a conservé son nom avec une petite partie de ses biens, et qui les a transmis à son fils, qui occupe actuellement à Londres un emploi médiocre dans la justice civile, tous les autres ont été expatriés diversement, et n’ont rien recueilli de l’héritage de leur père. Mon mauvais sort m’a rendu le plus malheureux[25].

Les frères fictifs de Cleveland ont connu un destin similaire : « périr dans l’obscurité » – ou pire encore, dans la médiocrité. La gloire de Cromwell contraste avec l’infamie de ses descendants. Parmi ses enfants, en effet, seul Cleveland se distingue : il est « le plus malheureux », ce qui légitime de facto son récit. Comme Cleveland est le bâtard d’un grand personnage historique, son texte, roman-mémoires, est lui aussi engendrement de l’infâme à partir d’un modèle historique qui serait celui des Mémoires. Tout se passe comme si le roman-mémoires s’envisageait comme le bâtard des Mémoires, ce qui entérinerait la distinction entre « pseudo-mémoires » et « roman-mémoires » comme deux types de filiation générique par rapport à un même modèle : le fils prodigue et le fils bâtard[26].

Ce n’est qu’à ce moment du texte que s’opère le véritable décrochage réflexif : dans la suite du passage mentionné, Cleveland s’attarde sur le « plaisir » qu’il trouve à « se rappeler le souvenir de ses peines par un récit qui ne saurait manquer d’en renouveler le sentiment[27] ». Autrement dit, le décrochage réflexif découle de la situation infamante du héros : il en est le produit ou le résultat. Chaque héros de Prévost écrit en effet ses Mémoires dans la conscience aiguë d’un « manque d’être[28] » qui l’empêche d’occuper la place qui aurait dû être la sienne. Cette situation peut résulter d’un accident d’ordre familial : le narrateur des Mémoires et aventures d’un homme de qualité, qui se désigne lui-même « homme de qualité » avant de concéder un nom de convenance – M. de Renoncour – à la moitié du roman, est né d’un mariage clandestin qui a entraîné le bannissement de ses parents. Quand il n’est pas familial, cet accident est d’ordre politique : Montcal est un huguenot qui doit passer en Angleterre à l’époque où les persécutions contre les Protestants se multiplient. De cette situation découle la nécessité pour le mémorialiste de prouver sa valeur, puisqu’il ne peut plus, comme l’auteur de Mémoires, renvoyer à une naissance qui établit sa dignité.

Le problème posé par les romans-mémoires est donc celui de la filiation : ils ont pour ambition d’examiner quel type de filiation préside à l’engendrement de ces héros extraordinaires. Il n’est pas anodin que l’essor des pseudo- et romans-mémoires se fasse dans le sillage des deux grandes convulsions de la Querelle des Anciens et des Modernes, en 1687 et 1714 : il s’agit de savoir si l’individu doit pouvoir produire ses propres formes, ou si ce sont les formes qui produisent les individus. Comme le montre Jean-François Lecoq, la Querelle se noue sur « la possibilité pour l’humanité de produire des formes inédites pour des individus sans précédent clairement assignable[29] ».

À l’époque où Prévost écrit, l’essence d’un individu – et donc sa valeur – dépend directement de sa naissance, qui lui confère un certain nombre de qualités. Le genre des Mémoires s’inscrit dans cet horizon aristocratique, car le mémorialiste, quelle que soit l’ampleur des accidents qu’il ait été amené à connaître au cours de sa vie, commence par rappeler la « maison illustre » dont il « sort[30] ». Ce topos des Mémoires met au premier plan la question de la filiation : la narration rétrospective des Mémoires, parce qu’elle suppose un retour sur la chronologique des événements vécus, restitue cette logique qui fait du héros l’héritier d’un certain nombre de qualités, en opérant un retour vers la « naissance » comme donnée première de la vie du mémorialiste.

D’une façon différente, le roman-mémoires raconte l’engendrement d’un personnage qui se présente comme extraordinaire grâce à ses qualités et facultés propres. Si, comme Cleveland, le héros ne peut descendre de son père, de quoi peut-il encore être le fils ? De lui-même, aussi douteux soit ce coup de force qui pourrait l’assimiler au parvenu[31] : en ce sens, l’acte d’écrire ses Mémoires apparaît comme la seconde et la véritable naissance du héros. Renoncour, narrateur-mémorialiste des Mémoires et aventures d’un homme de qualité, commence son récit par ces lignes qui soulignent leur dette aux Mémoires :

La naissance et les grands biens ne sont pas toujours des moyens d’être heureux. On peut mener, avec l’un et l’autre, une vie très malheureuse, quand on a le cœur formé d’une certaine façon. […] On le comprendra sans peine en lisant les tristes accidents de ma vie. Je sors d’une maison illustre, et qui a produit de grands hommes. Mes ancêtres étaient établis, depuis plusieurs siècles, dans une province voisine de la France[32]

Comme l’a remarqué René Démoris, l’idée que la fortune ne rend pas heureux est un grand truisme des Mémoires[33]. Or ce truisme s’applique à une situation qui est tout sauf son illustration : cette « maison illustre » qui est la sienne, Renoncour en « sort » autant qu’il en a été exclu, puisqu’il appartient à une branche illégitime de l’arbre familial. De plus, ce topos est ici revitalisé, car il est dit avec sérieux, comme savoir acquis par l’expérience et non comme simple convention. Renoncour en a éprouvé la véracité : il présente ses Mémoires comme le résultat de cet apprentissage. Autrement dit, Renoncour n’est pas seulement homme de qualité parce qu’il descend d’une grande maison, mais parce qu’il a vécu ce qu’a vécu tout mémorialiste et peut donc prétendre avoir été façonné comme tel.

Le narrateur-mémorialiste réinvestit donc un truisme des Mémoires selon une modalité d’existence proprement romanesque – l’expérience. Ainsi, tout en gardant la forme des Mémoires et ses conventions, en inverse-t-il la logique narrative : dans les Mémoires, la dignité du héros découle de sa qualité (qui peut être contrariée par l’histoire) ; dans les romans-mémoires comme ceux de Prévost ou de Marivaux, il manque un membre de l’équation, ce qui oblige à raisonner autrement. Ce n’est plus le mémorialiste qui, en vertu de sa valeur, compose ses Mémoires, mais les Mémoires qui doivent prouver la valeur du narrateur-mémorialiste malgré l’absence de preuves[34]. Le narrateur-mémorialiste utilise poétiquement le genre noble des Mémoires comme un moule dans lequel il coule la matière informe de sa vie pour pouvoir donner forme à son moi.

Cette réorientation de la poétique mémorielle sert le projet d’un héros sans renommée : puisque l’origine n’est plus accessible à la connaissance ou plus tout à fait signifiante, alors les Mémoires auront pour objet de faire signe vers cette origine, de se présenter comme le produit d’une qualité dont le lecteur doit bien supposer l’existence, puisqu’il en constate l’effet dans l’œuvre. En développant un impensé ou une zone d’ombre des Mémoires – l’idée que le mémorialiste ne peut plus tout à fait occuper la place que l’histoire aurait dû lui conférer –, les romans-mémoires se caractérisent donc par un certain type d’utilisation du code générique, de l’ordre d’une reconquête ou d’une démonstration à l’envers.

Audrey Faulot

[1]  Voir Christian Angelet et Jan Herman, Recueil de préfaces de romans du XVIIIᵉ siècle, t. I, Saint-É́tienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne ; Louvain, Presses universitaires de Louvain, 1999.

[2]  Sur la définition des pseudo-mémoires, voir René Démoris, Le Roman à la première personne du Classicisme aux Lumières, Genève, Droz, 2002 [Paris, Armand Colin, 1975], p. 198.

[3]  Sur l’unité des romans de Prévost, voir Jean Sgard, Prévost romancier, Paris, José Corti, 1989 [1968].

[4]  En plus des rééditions de textes déjà publiés, on peut mentionner ceux de Sirot en 1683, de Gaston d’Orléans par Martignac en 1685, de Beauveau en 1686, de Puységur en 1690, etc.

[5]  Mme de Villedieu, Mémoires de la vie de Henriette-Sylvie de Molières, éd. René Démoris, Paris, Desjonquères, 2003, p. 44.

[6]  Courtilz de Sandras, Mémoires de M.L.C.D.R., Cologne, Pierre Marteau, 1687, p. 2.

[7]  Courtilz de Sandras, Mémoires de M. d’Artagnan, Cologne, Pierre Marteau, 1700, p. 1.

[8]  Voir par exemple Jean-Paul Sermain, « Mémoires de la vie de Henriette‑Sylvie de Molière : un point de vue féminin sur le mot d’esprit dans les années 1670 », Littératures classiques, 2006/3, n° 61, p. 117-129.

[9]  On laisse ici de côté d’autres phénomènes qui accompagnent cette porosité, comme le développement des Mémoires féminins, ou la parution de Mémoires véritables écrits dans un style plus romanesque, etc.

[10]  Voir Jan Herman, « La Fortune est bonne romancière : la fiction comme infection dans les Mémoires de la vie de Henriette‑Sylvie de Molière », Littératures classiques, 2006/3, n° 61, p. 105-115.

[11]  Jean Sgard, Le Roman français à l’âge classique. 1600-1800, Paris, LGF, 2000, p. 77.

[12]  On peut penser aux Mémoires du cardinal de Retz.

[13]  Reprenant la notion de « discours constituant », soit la « détermination d’un lieu associé à un corps de locuteurs », Dominique Maingueneau montre que toute œuvre peut s’envisager comme une « paratopie », c’est-à-dire un lieu alternatif. Voir Le Discours littéraire : paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004, p. 52-53.

[14]  Voir R. Démoris, Le Roman à la première personne du Classicisme aux Lumières, op. cit., p. 446 pour une analyse quantitative.

[15]  Id., p. 5.

[16]  Sur ces catégories, voir Philippe Hamon, « Pour un statut sémiologique du personnage », Littérature, 1972/6, n°2, p. 86-110 : les personnages-référentiels sont des personnages historiques, alors que les personnages-anaphores renvoient au propre système de l’œuvre.

[17]  Le héros des Mémoires et aventures d’un homme de qualité se dote lui-même du patronyme de « Renoncour », dont l’onomastique fait penser à « renom court ».

[18]  Voir Yann Salaün, « Fonctions de l’ignoble dans les derniers romans de Prévost : l’éventration de Montcal, l’enlaidissement d’Helena, l’encanaillement de l’honnête homme », dans Érik Leborgne et Jean-Paul Sermain, (dir.), Les Expériences romanesques de Prévost après 1740, Louvain : Paris, Peeters, 2003, p. 71-90.

[19]  Ce qui ne signifie pas pour autant que la perspective historique disparaît, ou que la perspective réflexive est absente d’autres types d’œuvres : mais on remarque souvent la formulation plus ou moins explicite de cette hiérarchie dans les romans-mémoires.

[20]  L’Histoire de Marguerite d’Anjou et celle de Guillaume le Conquérant paraissent respectivement en 1740 et 1742.

[21]  Voir J. Sgard, Prévost romancier, op. cit., p. 415-416.

[22]  D’ailleurs, les romans-mémoires consacrés par l’histoire littéraire sont aussi ceux qui répondent le mieux à ce critère : on peut avoir tendance à négliger les ouvrages de Mouhy, parce que leurs intrigues sont semblent plus fondées sur une suite d’aventures.

[23]  Prévost, Cleveland, Paris, Desjonquères, 2003, p. 41.

[24]  Elle renvoie au titre du roman, où le nom de Cromwell est mentionné : Le Philosophe anglais ou Histoire de M. Cleveland, fils naturel de Cromwell.

[25]  Prévost, Cleveland, op. cit., p. 41.

[26]  Voir Jan Herman, Le Récit génétique au XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1999 : Jan Herman y montre que le thème de l’enfant illégitime est récurrent dans la préface des romans au XVIIIe siècle, et qu’il renvoie au soupçon d’illégitimité qui pèse sur l’œuvre elle-même.

[27]  Prévost, Cleveland, op. cit., p. 41.

[28]  R. Démoris, Le Roman à la première personne du Classicisme aux Lumières, op. cit., p. 455.

[29]  Jean-François Lecoq, L’Individu empêché : enquête sur les fondements et les limites de la représentation de l’individuel dans le premier dix-huitième siècle, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 15.

[30]  Par exemple dans les Mémoires du cardinal de Retz : « Je sors d’une maison illustre en France, et ancienne en Italie », écrit le mémorialiste juste avant de mentionner une légende familiale sur les circonstances de sa naissance. Cardinal de Retz, Mémoires, Amsterdam, J. F. Bernard, 1717, p. 2.

[31]  Dans le cas d’un roman comme La Vie de Marianne en effet, l’héroïne, qui se prétend femme de qualité, est sans cesse soupçonnée d’être le produit d’une fiction qui a réussi. Sur cette « affabulation » créatrice, voir Christophe Martin, Mémoires d’une inconnue : étude de La Vie de Marianne de Marivaux, Mont-Saint-Aignan, PURH, 2014, p. 121-126.

[32]  Prévost, Mémoires et aventures d’un homme de qualité, texte établi par Pierre Berthiaume et Jean Sgard, dans Œuvres de Prévost, Jean Sgard (dir.), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1978, p. 13.

[33]  R. Démoris, Le Roman à la première personne du Classicisme aux Lumières, op. cit., p. 414.

[34]  Avec, comme on l’a souligné, le doute entretenu sur la véracité de cette démonstration tronquée – doute qui en vient peu à peu à caractériser le genre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *